Partena dope son moteur de paie mainframe en l’externalisant chez NRB

Pour le calcul des salaires de quelque 250.000 employés travaillant dans 23.000 sociétés, le secrétariat social Partena a recours à un moteur de paie tournant sur mainframe, mainframe qu’il a récemment décidé d’externaliser et de confier à NRB. La migration vers l’environnement mainframe de NRB permet à Partena d’accélérer ses processus, de réduire sensiblement ses frais et de ne plus avoir à se soucier d’un quelconque plan de restauration après désastre. “Nous tirons en outre parti de l’expérience d’une société spécialisée et nous disposons systématiquement des dernières versions logicielles”, déclare Philippe Picalausa, directeur IT Infrastructure and Security chez Partena. “Nous sommes par ailleurs libérés des problèmes quotidiens qu’implique la maintenance d’un centre de données. Nous pouvons dès lors nous focaliser sur nos tâches prioritaires.”

Philippe Picalausa
Philippe Picalausa

Suite aux départs successifs en prépension de ses ingénieurs système, Partena a eu recours à un partenaire extérieur pour se doter des compétences nécessaires pour assurer la maintenance et la gestion du mainframe. Mais, avec le temps, le système a commencé à peiner lorsqu’on lui demandait de tourner à plein régime. Par ailleurs, la longue évolution et les mises à niveau successives du moteur de paie ont eu pour conséquence de déstructurer quelque peu le code et la configuration du système d’exploitation, ce qui provoquait un chaos croissant lors de l’installation de nouvelles fonctions. Partena a dès lors tiré parti de la migration vers le data center de NRB pour redonner une ossature plus structurée à ses configurations système.

Prix avantageux au MIPS

Partena disposait, par le passé, d’un mainframe d’une puissance de 648 MIPS (millions d’instructions traitées par seconde). “Nous louons la même capacité de MIPS auprès de NRB mais la différence réside dans le fait que leur système a une capacité potentielle de 20.000 MIPS”, explique Philippe Picalausa. “Cela nous permet de réaliser quelques belles économies en coûts de licences dans la mesure où le coût unitaire par MIPS est inversement proportionnel à la puissance du système. Le coût dépend en effet de la taille physique du système. L’effet d’échelle que nous procure NRB est synonyme d’importantes économies. Il était même intéressant pour nous de migrer immédiatement, bien que notre mainframe, chez Partena, n’était pas encore totalement amorti.”

Partena consomme davantage de puissance de calcul en période de pointe. “Le système de NRB est tellement puissant qu’il n’est jamais saturé comme c’était le cas chez nous par le passé”, souligne Philippe Picalausa. “Les opérations batch nocturnes se déroulent dès lors plus rapidement tandis que nos gestionnaires bénéficient de temps de réponse plus rapides.”

Redémarrage dans un délai de 4 heures

NRB prend en charge la réplication constante de l’ensemble des données ainsi que le plan de restauration après désastre. Auparavant, la durée d’indisponibilité lors d’une procédure de restauration après désastre (disaster recovery) s’élevait à 48 heures. Ce qui était beaucoup trop long. Une fois par an, une à deux personnes devaient se rendre sur le site de l’infocentre externe pour tester le plan DRP. “NRB dispose de deux systèmes synchrones installés sur deux sites différents, ce qui nous permet de redémarrer en moins de quatre heures”, déclare Philippe Picalausa. “Le fait que les data centers de NRB opèrent en mode miroir et que les données soient répliquées en permanence nous garantit une haute disponibilité et une reprise rapide après désastre.”

Méthode pragmatique et centre de données belge

Pour son projet, Partena a demandé à quatre prestataires de lui proposer une offre. La plus intéressante est venue de NRB. L’externalisation donne toute satisfaction, notamment parce que le partenaire présente une taille similaire à celle de Partena. Un autre élément important qui a joué en faveur de NRB est le fait que la société possède, en propre, des centres de données en Belgique.

“Les deux parties partagent en outre une même culture. Nous abordons besoins et problèmes de la même manière”, souligne Philippe Picalausa. “Certains fournisseurs ont tendance à adopter des procédures rigides. Nous préférons une démarche dynamique et pragmatique. NRB permet de fonctionner en souplesse. Durant la phase de migration par exemple, nous avons dû revoir notre stratégie suite à des contraintes techniques et business. NRB a su faire preuve d’une grande flexibilité, même si cela a impliqué une modification de leur planning. Au final, nous avons même bouclé le projet un mois plus tôt que prévu.”

Le basculement vers des systèmes partagés a obligé Partena à standardiser un certain nombre de processus. “Nous en avons retiré des avantages. NRB a remis de la structure dans nos systèmes. Ils sont désormais plus robustes et plus fiables.”

Un nouveau projet en perspective

Les clients n’ont pas réellement conscience du changement qui est intervenu. Partena avait en effet déjà procédé au développement d’applications Web qui permettent à ses clients d’introduire toutes les données nécessaires au calcul des salaires. Ces applications frontales alimentent les systèmes mainframe. Depuis trois ans, Partena a initié un projet IT de grande envergure en vue de moderniser l’application mainframe. “Il était temps pour nous de renouveler également les modules de gestion “green screen” pour nos propres utilisateurs”, conclut-il.

Ils nous font confiance...

Contact us :

  • Mail us
  • Phone us

Follow us :

  • Linked In
  • Twitter
  • Google +
  • Slideshare
  • Youtube
  • Flickr

Nous contacter ?

Service Desk

t. +32(0)4 249 77 77

Herstal

t. +32(0)4 249 72 11

Bruxelles

t. +32(0)2 286 57 11

Envoyer un message

Partenariats & Certifications

  • SAP Partner
  • Microsoft
  • ISO:9001
  • ISO:27001